Les activités humaines

Quatre types d'activités économiques principaux ont cours actuellement sur le site :

  • l'agriculture (surtout sur le bassin versant du site et à l'amont),
  • la sylviculture (zone aval, inondable, du site),
  • l'industrie (quelques distilleries)
  • l'urbanisation.

Les autres activités ont un caractère mineur.

Le tableau ci-dessous montre l'importance surfacique globale de chacune des activités principales. (Attention : les calculs de surface de l'usage du sol ne tiennent pas compte sur la partie amont, des usages inclus à l'intérieur de la bande des 15m de part et d'autre du lit mineur des différents affluents. Cette bande est en effet inférieure au seuil de perception minimale par photo-interprétation.).

Importance relative des activités humaines
  Surface Représentativité
SYLVICULTURE    
 Populiculture "pure"
202 ha 17 %
 Populiculture "mixte (sous-étage de boisement spontané) 178 ha 15 %
 Bois-taillis (sur boisements spontanés) 545 ha 48,5 %
 AGRICULTURE    
 Céréaliculture 31 ha 2,6 %
 Elevage  16 ha  0,9 %
 Viticulture  insignifiant  insignifiant
 Pépinières  insignifiant  insignifiant
 INDUSTRIE    
 Bouilleurs de crus, distilleries insignifiant insignifiant
 URBANISATION    
 Zones urbanisées  17 ha  1,5 %
     
 DIVERS    
 Friches rudérales 19 ha 1,6 %
 Abandon (pelouses des Chaudrolles)  6,7 ha  0,6 %

 
L'usage du sol se divise très nettement en deux secteurs correspondants à la géographie générale du périmètre Natura 2000;


La partie aval - zone inondable de l'Antenne

Boisements : 80% du site
Comme le montre le graphique proportionnel ci-dessus, les "boisements spontanés" et les "bois taillis" – qu'ils soient ou non utilisés pour la récolte de bois de chauffage – couvrent la majeure partie du site Natura 2000 n°71 (48,5% de la surface).
Vient ensuite la populiculture, pratiquée en laissant ou non un boisement spontané se développer en sous-étage, qui représente en tout 1 / 3 de la surface du site (32%).
L'essentiel de la surface du site – 80% - est donc couverte par des boisements (spontanés ou populicoles).

Agriculture : 4% du site
L'agriculture est très peu représentée sur le site, avec seulement 4% de la surface, dont 3% de cultures et 1% pour l'élevage. Celui-ci est d'ailleurs surévalué : la catégorie "prairie" ne se réfère pas seulement à une prairie d'élevage, mais également à toute zone prairiale y compris les zones à hautes herbes non boisées.

Autres usages : 5%
S'agissant du lit majeur de l'Antenne, les autres usages sont complètement minoritaires : un peu d'urbanisation 2% (habitations isolées, en bordure du périmètre du site), un peu d'abandon, quelques friches rudérales (2%).

Le reste de la surface (environ 160ha) est constitué des lits mineurs de l'Antenne, de ses bras multiples et de ses affluents.


La partie amont - l'Antenne et ses berges

Géographiquement, il ne s'agit plus d'une zone inondable, mais bien des lits mineurs (parfois disparus sur le terrain) des affluents traversant une zone de hautes terres agricoles.

Bien que certains secteurs de ces lits soient encore bordés de haies et parfois de boisements sylvicoles (5%) ou spontanés (6%), l'essentiel de l'usage du sol à leurs abords est constitué de cultures céréalières (70%) et de vignobles (3%) venant pour la majorité jusqu'aux berges.

La présence d'une proportion significative de prairies (4% contre moins de 1% dans la zone aval) doit également être notée. On y trouve également quelques distilleries et bouilleurs de crus, 1 pépinière, et s'agissant de terres hautes, des zones urbanisées (villes, villages, habitats isolés) en proportion bien supérieure à ce que l'on constate dans le secteur aval (11%).

 

 

Données issues du DOCOB de la vallée de l'Antenne